Parc National du Serengeti
Option prévue pour 2019

Stacks Image 3

Stacks Image 7



La réserve animalière la plus célèbre du monde, le parc national du Serengeti, inscrit au patrimoine mondial par l’Unesco, s’étend sur une superficie de 15 000 km2. Le Serengeti fait en outre partie d’un écosystème plus vaste encore qui s’étend vers le Masaï Mara au nord et vers la zone de conservation du Ngorongoro à l’ouest. L’ensemble avoisine 25 000 km2 sur lesquels les animaux vivent en toute liberté.


La grande migration du Serengeti est un phénomène qui s’échelonne tout au long de l’année.  Le cycle démarre en mai, lorsque les sols sèchent après la saison des pluies. D’immenses colonnes de gnous, zèbres et antilopes se mettent alors à traverser lentement le Serengeti vers l'ouest à la recherche de points d’eau et de pâturages frais, avant de monter ensuite vers le nord en direction du Kenya.  Entre juillet et août, la majorité de la migration atteint le nord du Serengeti, passe la rivière Mara pour rejoindre ensuite le Kenya où elle demeure jusqu’en octobre. Le passage par les eaux tumultueuses de la rivière Mara, infestée de crocodiles, est l'un des spectacles naturels les plus impressionnants. Entre octobre et novembre, les troupeaux redescendent en direction du sud du Serengeti et s'éparpillent dans le centre du Serengeti. En décembre, les troupeaux se rejoignent au sud du Serengeti pour s’installer jusqu'en avril dans les plaines immenses qui couvrent l’ouest et le sud-ouest de la zone de conservation du Ngorongoro.  De février à mars, plus de 90% des femelles (soit quelques 500 000 bêtes), mettent bas en l’espace de trois semaines. Les troupeaux restent sur place le temps que les petits prennent des forces, puis recommencent un nouveau cycle en remontant vers l'ouest quand l’herbe commence à se raréfier.

Le parc national du Serengeti est sans doute le point d’orgue d’un safari dans le nord de la Tanzanie avec ses paysages qui évoquent le mythe de l’Afrique sauvage et ses étendues infinies. Le parc peut être visité toute l’année tant la faune y est abondante. Il faut toutefois bien choisir son lieu de séjour en fonction des saisons. En effet certaines régions du Serengeti peuvent parfois sembler vides en raison des migrations.
On estime que plus de deux millions de gnous, zèbres et antilopes entreprennent le périlleux voyage de la migration à la recherche d’eau et de verts pâturages. Le long cortège de mammifères attire bien sûr les prédateurs. Tapis dans les hautes herbes de la savane, lions, guépards, léopards et hyènes guettent patiemment en attendant leur prochain festin. Les crocodiles sont aux premières loges pour la traversée chaotique des rivières Grumeti et Mara car les animaux blessés ou épuisés par ce long périple font des proies idéales…