Parc National du Ngorongoro
Option de safari prévue pour 2019

Stacks Image 3

Stacks Image 7


Etendu sur 8 300km2, la zone de conservation du Ngorongoro est une vaste région classée au patrimoine mondial par l’UNESCO. Sa géographie se caractérise par ses cratères et volcans assoupis à l’est, et par d’immenses plaines contiguës à celles du parc du Serengeti à l’ouest.
La zone de conservation est surtout unique par son statut spécial de zone protégée où la faune sauvage cohabite avec les humains. La découverte de la zone de conservation du Ngorongoro est intimement liée aux fiers guerriers masaïs vêtus de leur habit traditionnel et armés de leur seule lance, dont les villages de huttes entourés d’arbustes épineux parsèment les superbes paysages de la région.
Le cratère du Ngorongoro se trouve à l'entrée est de la zone de conservation. Formé par l’explosion d’un volcan actif aussi grand que le Kilimandjaro et par l’effondrement de son cône, le cratère culmine aujourd’hui à 2 285 mètres. Il renferme la plus grande caldeira du monde avec ses 260 km2 et son diamètre d’environ 18 km. En son point le plus élevé, le bord du cratère domine le fond de plus de 600 mètres. L’intérieur du cratère du Ngorongoro est un véritable jardin d’éden où cohabitent différents écosystèmes africains : plaines herbeuses, lac alcalin, lac d’eau douce, forêt d’acacias et collines boisés sur ses pentes. Le cratère du Ngorongorooffre la plus grande concentration animale au monde avec plus de 25 000 mammifères de 55 espèces différentes mais aussi de nombreuses variétés d’oiseau. Hormis les girafes, presque toutes les espèces présentes dans le nord de la Tanzanie peuvent y être observées, même le timide rhinocéros que l’on aperçoit le plus souvent de loin.
Enfermée en quelque sorte à l’intérieur du cratère, la faune permanente du cratère du Norongoro peut être découverte toute l’année. 
En dépit de l’augmentation de sa fréquentation, le cratère du Ngorongoro reste pour beaucoup l’expérience la plus forte du  voyage tant pour ses paysages exceptionnels que pour la densité de sa faune. La visite du cratère est une étape incontournable avant de poursuivre plus à l’ouest vers le Serengeti ou, dans le cadre d’un programme limité à quelques jours, vers les parcs de la région d’Arusha. A noter que l’obligation de rester sur les pistes rend parfois difficile l’approche des animaux et leur observation. Inversement, la présence de la faune près des pistes pourra conduire à une forte concentration de 4x4, surtout au mois d’août.